Blocs à Chamonix : Col des Montets – Le Carré

Il y a encore quelques années, nombres de parisiens avaient bien du mal à avouer leurs origines… C’était dans les années 90 dans le Sud; le phénomène perdurera bien après 2000 à Cham; toujours un métro de retard !

De nos jours on entend certains dire, assez fiers, qu’ils auraient fait leurs « premières armes à Bleau » alors que le 95.2 leur est inconnu ou d’autres qualifiant la DJ d’une bonne aire de jeux pour gamins de banlieue !
Pour ma part, je n’ai jamais eu honte d’être né à Paris, même devant des pointures de l’escalade Aixoise ou de l’alpinisme Chamoniard ! Sans aucun doute la vie Parisienne me manque un peu, la forêt beaucoup !

Alors comme il est devenu très tendance de « faire du bloc »,  fréquenter Bleau ou Fonte, la population au Col des Montets augmente; c’est certainement les blocs les plus intéressants de la vallée.
C’est toujours un plaisir d’y retrouver quelques grands grimpeurs bien méconnus; ils sont discrets, ne font pas d’interview, ni même d’exploits discutables, ne portent pas de bonnets ni de doudounes en été… Leurs placements sont juste époustouflants !

Alors pour clore cette saison de grimpe, car on a déjà bien skié par ici, une petite vidèo i-phone de bien piètre qualité sur l’aller/retour du Carré.

L’aller :

 

Le retour :

Bonne grimpe ou bonne glisse !

 

 

 

4 réponses sur « Blocs à Chamonix : Col des Montets – Le Carré »

  1. Incroyable. S’il y en a qui doutaient du réchauffement climatique. Le glacier carré est vraiment sec désormais. Et vous avez enchaîné avec le arêtes de la Meije ensuite?

  2. Hey, c’est drôle :
    Ce soir je décide de chercher Mon vieux pote Romain sur la toile
    Ma frangine m’avait bien dit que tu étais devenu ce dont tu rêvais : guide de la haute. La classe quoi !
    Alors quand je trouve ce site, je me dis YES, la classe mon Romain.
    Et je commence à feuilleter les billets et v’là-t-y pas que je tombe sur celui là, ou tu parles de Paris, de Bleau, de la forêt …
    Alors puisqu’on est dans les souvenirs, il faut rajouter au tableau les virées improvisées des samedis soir, avec guitare et djembé, les veillées au pied des blocs et les réveils difficiles par les premiers grimpeurs du dimanche…
    Tu chauffes ?
    Sinon on ajoute une petite couche d’yvette… pas la Horner, la Bure, et ses belles piles de meulières bien coupante…
    Ah, tu brûles ?
    Je ne vais quand même pas devoir te parler du « carré rouge » ?
    Si ?

    Hey ! Ca me ferait bien plaisir de te revoir, dans tes montagnes ou dans les miennes (bon, ok, je suis au raz de l’eau, à Sète, mais on a de quoi faire pas loin)

    Alors ?

    A bientôt j’espère !

    ???*

    *C’est ma signature masquée ha ha, si tu n’as pas trouvé, tu es dans la m.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s