13 Juillet 2009 : Grand Capucin, voie des Suisses


Rappels de Solo Mio
Rappels de Solo Mio

Sans aucun doute « ma montagne préférée » autour du Mont Blanc… 400 mètres de granit compact avec du grain, des fissures, des knobs le tout plutôt vertical !
La voie des suisses (la plus facile) se déroule sur la face Sud et ne mesure que 300 mètres, les cotations ne dépassant pas le 6 a.

Pas grand chose à dire… C’est juste une journée parfaite; partis de Cham à 6 h 30 avec Philippe pour la première benne en Italie, 1 h 15 d’approche depuis Helbronner, un peu d’escalade, sept rappels depuis le sommet puis retour à la maison à 18 h 00 !

Comme une journée de freeride, pas de temps morts… Glisse et fluidité !
Juste un peu trop court alors vivement un trip en Norvège histoire de grimper sur des « big wall » sans être limité par la nuit (ou presque) !

5 réponses sur « 13 Juillet 2009 : Grand Capucin, voie des Suisses »

  1. ROMAIN SE MET AU TAQUET?

    Pour gravir la voie des Suisses que nos chers scientifiques ont évaluée à 6b max, quel niveau faut-il pour ne pas faire caca à la culotte?

    Entre 2 cas extrémes qu’on pourrait situer entre celui qui veut se prouver qu’il en a et l’autre qui aime l’alpinisme et la grimpe de pratique raisonnable.

    1er cas: si vous en avez avec un niveau 6 a çà le fait et un fort taux de téstostérone, un peu de bricolage et de mythomanie genre « C’est pas si dur que çà », alors qu’on etait à fond à ne plus en pouvoi »

    2ème cas: du plaisir et en garder sous le pied en termes mathématiques: celà donne 6 a et un bon demi degré de marge= 6b+ et l’altitude 3800= 6c+ puis pour finir l’approche qui n’est pas notre fort çà nous fait un petit 7a à vue en vallée pour être serein et enchainer tranquille sans pourrir son assureur à chaque pas.

    Ainsi la marge est grande avec toutes les variantes possibles: grimpeurs bodybuildés par la pratique du pan incliné, fort grimpeurs avec un mental de moineau, petit grimpeurs obsédés par la mise de croix.

    En attendant, je grimpe à 0 mètre 80 du sol et à 1 mètre 30 du bord de la route pour cueillir des fraises pour ma fille.
    C’est méritoire mais quand même moins dangereux que mon dernier come-back: une voie de 1000 mètres TD en hiver.

    Je te sens vilipender, Romain, du genre c’était un autre siècle. Vrai mais c’est pas le temps des dinosaures non plus.
    Ainsi je ne suis pas le mieux placé pour parler d’escalade: virtuellement et esthétiquement pourquoi pas mais pour les hauts faits d’escalade, je suis aujourd’hui hors catégorie plutôt étape des Landes que col du Tourmalet.

    Mais tes derniers posts me donnent envie de m’y remettre, c’est bien le but. Quand je lis ton Grand Cap j’ai presque la sensation de glisser: merci….

    1. Yan, je partage bien votre opinion et vous oubliez le petit sac à dos avec flotte et coupe vent, le casque, des vêtements un peu plus lourd qu’un short en plus de l’altitude, le granit et son grain si spécial (tellement bon…), les protection dans les fissures, le levée plutôt très matinale et pour finir l’approche ! Pas étonnant que pas mal de gens se font surprendre; il est préférable de se faire un peu la main à l’Envers des Aiguilles, nettement moins raide que le Grand Cap !
      De retour à la maison après avoir bu un café avec vous, je tenais à vous dire que votre petite fille est adorable et mérite tout à fait quelques fraises « expos et engagées » !
      J’ai aussi l’impression que notre Cosette de Gietroz a flashé sur vous depuis que vous avez ôtez votre bonnet… normal, vous n’êtes pas du genre à grimper par + 25° la tête couverte d’un large bonnet, très fashion chez les grimpeurs, de pan et blocs !
      Allez Cosette, ne lâchez rien !

  2. Moi, quand je vais au Grand Cap, je ne cote pas les passages en fonction de l’altitude, du sac à dos, de mon heure de réveil ou de la couleur de mon casque. Ce serait trop facile.
    Par contre, je n’oublie jamais mes manchettes quechua, et là, je peux vous dire que les decotes vont bon train. La section d’artif après le pendule de l’élixir d’Astaroth? 7a+? Un petit 6b. Les 6c de la directe des capucines? 5c/6a à tout casser.
    C’est l’effet manchette.
    Les essayer c’est les adopter, vous dis-je.

    1. Mon très cher Faux guide, vous faites certainement allusion à l’accessoire que j’ai cité dans un de mes post du mois de Janvier http://www.romainguide.com/2009/01/manchettes-de-contention/ ; je suis fier d’avoir fait un adepte de cet artifice quelque peu ridicule…
      Alors dites moi, vous m’avez assuré le mois dernier dans « Perte et fracas » un 8a au Saussois, je maîtrise à peu près bien la première section relativement facile, la deuxième partie étant nettement plus « rési » (terme très à la mode, venant de résistance)…
      – Dois je enfiler les très fameuses manchettes dès le début de la voie ?
      – Ou alors juste avant la partie dite « rési » et si oui, est il possible de les enfiler avec les dents ? (les porter en style bracelets de force me tente beaucoup), question de style !
      – A combien estimez vous la cotation avec manchettes ?
      – Une dernière chose, cette voie étant exposée plein Sud, pensez vous que le port d’un bonnet peut m’aider…!?
      Merci de votre réponse, précise et pointue ! L’à peu près n’ayant pas sa place sur ce blog !

  3. Webmestre,
    je me félicite de constater que vous faites appel à moi en tant qu’expert en escalade et en manchettes.
    L’avantage de ces merveilleux outils que sont les manchettes est que vous pouvez les utiliser en toutes circonstances. Je dirais même plus, c’est le gage d’un séance réussie.
    J’irais même encore plus loin. Etant donnée votre tendance à négliger vos placements de pieds, je ne saurais que trop vous conseiller l’utilisation d’une deuxième paire de manchettes au niveau des mollets, pour ne pas trop dauber des orteils.
    Et si vous vous sentez un peu limite en rési pour la partie haute de votre supposé 8a, vous pouvez aussi doubler les manchettes sur les avant-bras. Vous serez surpris du résultat.
    Quant à la cotation du projet, j’aurais du mal à en parler car ce jour là, en faisant mon sac, j’ai commis la lourde erreur de prendre deux manchettes droite, donc je n’ai pas pu « taper » d’essais pour me rendre compte. En plus, j’avais le soleil dans les yeux.
    Le bonnet est lui aussi indispensable. Son rôle est similaire à celui des manchettes, mais pour le mental. Il vous procurera un fighting spirit et un killer instinct de grande qualité. Par contre, il favorise une calvitie tenace que seul une application régulière de Petrole-Ahn double dose peut enrayer. Mais il parait que ce produit est devenu extrêmement rare et qu’on ne peut se le procurer sous le manteau que sur certains plateaux de tournage…

    P.S: le mot « manchettes » apparait 6 fois dans ce comment somme toute assez court. C’est tout à fait volontaire et c’est dans le but de vous faire remonter dans google pour ce mot-clé. Vous me remercierez plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s