13 Mars 2009 : Couloir des Cosmiques & Envers

Grand beau   – 3°   Venteux

Couloir des Cosmiques
Couloir des Cosmiques

Après une charmante soirée, j’avais RDV a l’Aiguille avec Karim (un rider Luxembourgeois comme son prénom l’indique); la foule des belles journée de Mars était au pied du téléférique aussi !

Deux, trois courbes après l’arête, le couloir des Cosmiques (en dessous du refuge du même nom qui plonge sur le Glacier des Bossons), deux petits rappels, un peu de desecalade,  un zeste de dérapage… Et la pente est skiable… Neige lisse un peu dure (chute interdite) puis profonde dans le bas !
Poudre froide sur les bossons; nous sommes redescendu sur l’entrée du tunnel du Mont Blanc par les belles pentes dit de la Para (sous l’ancien Téléférique); peut être les plus belles pentes de la vallée mais trop courtes à notre gout… (le Karim, c’est pas le genre à tricoter dans les champs de poudre).

Sommes remontés à l’aiguille pour skier le couloir de la Passerelle (entre piton Sud et Nord de l’Aiguille) mais le vent fort nous a fait renoncer, le Glacier Rond (a coté des Cosmiques) n’étant plus en condition, direction l’itinéraire de la Vraie Vallée; je ne crois pas avoir fait plus de trois ou quatre stop dans la descente, juste histoire de s’échanger un sourire complice avec Karim !

13 réponses sur « 13 Mars 2009 : Couloir des Cosmiques & Envers »

  1. Quelle belle journee vous avez du passer la, webmestre….
    Moi, le meme jour, j’ai fait la vallee classique, le grand tour, avec Mouloud et Rachid, deux clients norvegiens. Eux non plus, ils nous pas tricote dans les seracs du Geant. En tout, on a fait trois virages (et tout le reste en derapage).
    Au lieu de sourires complices, ils ont voulu me casser la gueule quand ils ont vu qu’il fallait remonter a pied aux Mottets.
    Il est vrai cependant que de nuit, c’est moins sympa, surtout quand on a pris la benne a 8h…
    Vraiment, les guides et le metier de guide sont d’une incroyable et merveilleuse diversite, isn’t it?

    1. Salut Faux guide,
      C’est drôle mais j’ai bien connu Mouloud, sa mère m’avait invité à manger un couscous à Tromsö avec une de ses fille, Rachida from Oslo… Il était d’ailleurs dégueulasse et je n’ai pas manqué de lui dire ! Par contre Rachida… Cette histoire de couscous me rappelle que nous avons invité un gars à manger l’autre soir et qu’il s’est permis de nous dire qu’il ne supportait pas notre bouffe; on a due lui préparer une omelette ! Mais quelle honte et quel manque de savoir vivre ! Ce gars a du être élevé chez les porcs !
      Sinon pas de news de Fred… il a peut être rencontré un chauffeur de bus qui lui a fait le coup de la panne !
      Je te rassure, moi aussi j’en fait quelques une des VB en dérapage… Ca me détruit les chevilles !
      Mais c’est vrai que tu deviens un peu spécialiste de ce genre de boulot ! Faut dire que t’as un peu les outils pour !

  2. Vous auriez du le virer seance tenante, ce malotru. Ou mieux, lui casser la gueule.
    Pour les VB en derapage, c,est effectivement une de mes specialites, et je n’hesite pas a distribuer des journees de ce type a mes collegues-amis.
    Effectivement, les skis helvetes, de part leur capacite a se deformer facilement, epousent a merveille les contours des bosses des seracs du Geant (le crux de la VB pour les non inities).
    Ceci dit, faut quand meme les cannes…

  3. Faux guide, au moins quand tu dérapes tu fais du ski.
    Romain, il confond le ski et l’alpinisme.
    Parce que c’est du ski de taper le ski amont en poussant sur ses 2 bâtons?
    Il est où le toucher de neige quand tu te fais dessus en imaginant la boite que tu vas te mettre si tu rates un virage.
    Le ski c’est jusqu’à maximum (et encore) 40 degrés après c’est pour les mythos qui aiment pas glisser.
    Faux guide c’est toi qui vois juste, Romain me semble possédé et dérape vers des pratiques occultes rétrogrades.
    Je crois qu’on devrait appeler l’exorciste avant qu’il se mette au télémerde.

  4. La question du jour: « Il est où le toucher de neige quand tu te fais dessus en imaginant la boite que tu vas te mettre si tu rates un virage »?
    Ben logiquement il est sous le magnifique tas de merde que tu as fait en ne controlant pas tes sphincters… non?
    Conclusion, pour persister dans la logique de la démarche, tu prends tes télémerde. En plus, la boucle est vraiment bouclée car tu te chieras probablement encore plus dessus pour maîtriser cette haute technologie paléoskiique.
    Fantastique, non?
    Il est conseillé d’opter ensuite pour un retour en Bus, afin de ne pas souiller les sièges de ton auto personnelle. Tu trouveras prochainement en librairie de plus amples informations dans l’ouvrage « Les 100 plus belles », Tome 27: les descentes en bus dans la Massif du Mont Blanc, par Frède, un auteur d’avenir.

    1. Oh Vrai Client,
      Heureux de constater que tu reste connecté malgré ton hospitalisation de longue durée pour déficience mentale ! Nous sommes là et tu peux compter sur nous ! Lâche toi, faut que ça sorte, tout ce que tu diras sera bon pour ta guérison prévue en 2016 !
      Bravo pour ta lucidité, c’est une très bonne idée que tu donnes à Fred pour son futur ouvrage « LES 100 PLUS BELLES EN BUS »
      Bon sinon je vois que ça va toujours pas mieux… Bon courage !

  5. ‘reusement que les guides sont d’une incroyable diversité, des fois ça occupe de les observer en attendant la benne, ça peut même être amusant… mais ça commence à faire longtemps que j’ai pas pris de benne ou de télétruc (avec accent).

  6. Si j’etais le webmestre de ce blog, je serais drolement en colere…. Je me defendrais bec et ongles contre cette serie d’attaques personnelles.
    A part cela, je suis bien d’accord avec Yan sur ce qui a ete ecrit plus haut, et je pense que le moment est venu de lancer une nouvelle polemique: Pour ou contre les virages sautes (comme les pommes de terre). Polemique qui par la suite en appelerait une autre: le ski de raide pente est-il vraiment du ski?
    A vos claviers chers amis….

    1. Moi j’aime bien les pommes de terre surtout en frites avec du Ketchup !
      Les virages sautées… c’est vrai que ça glisse pas trop ! Une sorte de gymnastique qui n’intéresse que les médias et le people en manque de sensations… Mais parfois ça permet de rider de belles pentes bande de cons ! Des exemples ????
      Bon je commence à ressentir la fatigue et demain j’ai une Vallée style Faux Guide… Alors je dois affuter les cares et me préparer psychologiquement !
      J’prend la benne de 8 h 50 si quelqu’un veut me soutenir…

  7. J’ai bien connu, moi aussi, un rider répondant au nom de Mouloud et skiant des Pro Rider 176 montés low-tech…
    Mais bon, rien à voir avec ceux que tu as perdu sous la passerelle en enfilant maladroitement ton avalung 😉 Eh oui Romain on le sait tous… sinon comment expliquer ton obsession soudaine pour ce couloir et le fait que tu ne montes plus jamais à l’aiguille sans tes 2 brins de 50 (un dans ton sac et l’autre (le plus lourd) dans celui du client 😉

    Pour Yan, vrai client et faux G la réponse est très simple=> le touché de neige se trouve jute après dans les pentes majestueuse de la para où léger comme une plume (puisque délesté par quelques diarrhées motrices) tu peux tirer de grandes courbes quasi infinies 🙂

    Bon, trêve de conneries… à quand la prochaine bonne chute que l’on aille s’en « taper une » sur le glacier rond et tirer une moulinette sous la passerelle??

    1. Yes Karim,
      Le mois de Mars c’est chiant, la neige de printemps, moi ça m’amuse mais pas trop longtemps, j’ai déjà hâte d’être en Janvier… En espérant que la saison d’escalade se passe bien !
      Merci de m’avoir préciser la boulette sur la date et puis le brin le plus lourd, c’est moi qui l’avais !!!!!
      Prochaine grosse chute… Feu

  8. Je crois que Romain s »est rendu compte de sa dérive.
    Non content de faire des petits virages, il ajoute aussi des virages sautés.
    Moi je suis pour le contact ski neige, le pédalé sauté c’est une hérésie pas du ski.
    Le silence de Romain est révélateur.

  9. Je reviens sur le post de 20 heures 26 de vrai client. A la seconde lecture on perçoit la finesse de son analyse.
    Grâce à une grande culture personnelle; il décrypte et livre le secret des origines éthymologiques du télémerde.
    Bravo, vrai client tu es le Champollion de la glisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s